Recueil de Creepypasta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Recueil de Creepypasta

Message par Asahanakuro le Ven 21 Fév - 19:00

Bonjour, bonsoir
Sur ce sujet, postez toutes les creepypasta en tout genre que vous connaissez ! Wink
avatar
Asahanakuro
Admin
Admin

Messages : 99
Date d'inscription : 16/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://receptoriummagia.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par Asahanakuro le Ven 21 Fév - 19:08

La Creepypasta de "Jeff the Killer"


Extrait d'un journal local:
Le sinistre tueur inconnu est toujours en fuite.
Après des semaines de meurtres inexpliqués, le sinistre tueur inconnu est toujours sur les routes. Avec le peu de preuves qui ont été trouvées, un jeune garçon qui aurait survécu à l'une des attaques du tueur raconte courageusement son histoire.
« J'ai fait un cauchemar et je me suis réveillé au milieu de la nuit» dit le garçon.
« J'ai vu que, pour une raison quelconque, la fenêtre était ouverte, même si je me souvenais l'avoir fermée avant d'aller au lit. Je me suis donc levé pour la fermer une fois de plus. Ensuite, je me suis simplement glissé sous mes couvertures et j'ai essayé de me rendormir. C'est alors que j'ai eu un sentiment étrange, comme si quelqu'un me regardait. J'ai levé les yeux, et j'ai presque sauté de mon lit. Là, dans le petit rayon de lumière, éclairant entre mes rideaux, il y avait deux yeux.
Ce n'étaient pas des yeux normaux, ils étaient sombres, des yeux menaçants, bordés de noir et... qui me terrifiaient tout simplement.
C'est.. quand j'ai vu sa bouche. Un long sourire horrible qui me donnait la chair de poule. Cette silhouette se tenait là, me regardant. Finalement, après ce qui m'a semblé être une éternité, il a dit une simple phrase, mais d'une manière dont seul un fou pourrait parler. »
« Il a dit "Endors-toi". J'ai crié, c'est alors qu'il s'est précipité vers moi. Il a sortit un couteau, visant mon cœur. Il a sauté au-dessus de mon lit, j'ai tenté de le repousser : Je l'ai poussé, je l'ai frappé, j'ai roulé par terre, essayant de le faire tomber. C'est alors que mon père est arrivé, l'homme a attrapé son couteau et l'a planté dans l'épaule de mon père. Cet homme l'aurait sans doute achevé, si l'un des voisins n'avait pas alerté la police. »
«Ils se sont battus, l'homme s'est retourné et a couru dans le couloir. J'ai entendu un fracas, comme des bris de verre. Je suis sorti de ma chambre et j'ai vu que la fenêtre arrière de ma maison avait été cassée. Je me suis approché pour le voir disparaître au loin... Je peux vous dire une chose, je n'oublierai jamais ce visage. Ces yeux froids et mauvais, et ce sourire psychotique. Ils ne quitteront jamais ma tête. »
Les policiers sont toujours à la recherche de cet homme. Si vous voyez quelqu'un qui correspond à la description dans cette histoire, s'il vous plaît contactez votre service de police local.
_
Jeff et sa famille venaient d'emménager dans un nouveau quartier. Son père avait obtenu une promotion au travail, ils ont donc pensé qu'il serait préférable de vivre dans un de ces nouveaux quartiers de la ville. Jeff et son frère Liu ne pouvaient se plaindre ici. Une nouvelle maison plus confortable. Comment ne pas l'aimer? Comme ils étaient en train de déballer leurs cartons, un de leurs voisins est venu les saluer.
« Bonjour » dit-elle « je suis Barbara. J'habite en face de chez vous. »
« Je voulais juste me présenter et vous présenter mon fils. » Elle se retourna pour appeler son fils. « Billy, ce sont nos nouveaux voisins. » Billy les salua et retourna jouer dans son jardin.
« Eh bien » dit la mère de Jeff, « Je suis Margaret, voici mon mari Peter et mes deux fils, Jeff et Liu. » Les deux petits saluèrent leur nouvelle voisine puis Barbara les invita à l'anniversaire de son fils. Jeff et son frère étaient sur le point de refuser lorsque leur mère leur demanda d'accepter.
Une fois rentrés dans leur nouvelle maison Jeff demanda à sa mère :
«Maman, pourquoi faut-il qu'on aille la fête de ce gamin? On ne le connaît même pas ! »
«Jeff...» dit sa mère. «...Nous venons juste d'arriver ici, nous devons nous montrer gentils et passer du temps avec nos voisins pour se faire de nouveaux amis. Maintenant vous irez à cet anniversaire c'est définitif.»
Jeff tenta de répliquer mais s'arrêta, il savait qu'il ne pouvait rien faire. Chaque fois que sa mère disait quelque chose, c'était définitif. Il se dirigea vers sa chambre et se laissa tomber sur son lit. Il était allongé là à regarder son plafond quand tout à coup, il a eu un sentiment bizarre. Pas tellement une douleur, mais... quelque chose de bizarre. Il tentait de comprendre ce qui lui arrivait lorsqu'il entendit sa mère l'appeler d'en bas pour prendre ses affaires. Il se releva donc pour aller les chercher.
Le lendemain, Jeff descendit les escaliers pour prendre son petit déjeuner et se préparer pour l'école. Comme il était assis là, à manger ses céréales il eut de nouveau ce drôle de sentiment. Cette fois, c'était plus fort. Il sentit une légère douleur tout au fond de lui, qu'il ignora une fois de plus. Quand lui et Liu finir de déjeuner, ils descendirent à l'arrêt de bus. Ils étaient assis là à attendre quand tout d'un coup, un gamin sur une planche à roulettes sauta par-dessus eux, à quelques centimètres au-dessus de leurs genoux. Ils firent tous deux un bond en arrière.
« Hé, qu'est-ce...? »
Le gamin se retourna. Il saisit sa planche à roulettes à la main et se dirigea vers eux. L'enfant semblait être âgé d'environ douze ans, un an de moins que Jeff. Il portait une chemise et un jeans déchiré bleu.
« Bien, bien, bien. On dirait que nous avons de la viande fraîche. »
Soudain, deux autres enfants apparurent. L'un était très maigre et l'autre énorme.
«Eh bien, puisque vous êtes nouveaux ici, je tiens à nous présenter, là-bas c'est Keith." Jeff et Liu regardèrent le gamin maigre. Il avait un visage d'abruti.
« Et lui c'est Troy. » Ils regardèrent le gosse obèse. Tu parles d'un pot de saindoux. Ce gamin donnait l'impression de ne jamais avoir fait de sport de sa vie.
« Et moi... » déclara le premier enfant « Je suis Randy ». « Maintenant, pour tous les enfants dans ce quartier, il y a un petit prix à payer pour pouvoir prendre l'autobus, si vous voyez ce que je veux dire... » Liu se leva, prêt à frapper mais Randy avait un couteau sur lui.
«Tss, tss, tss, j'avais espéré que vous seriez plus coopératif, mais il semble que nous allons devoir utiliser la manière forte». Le gamin s'approcha de Liu et attrapa le portefeuille dans sa poche. Jeff eut ce sentiment nouveau, maintenant, il était vraiment fort, une sensation de brûlure. Il se leva, mais Liu lui fit signe de se rasseoir. Jeff l'ignora et se dirigea vers l'enfant.
« Écoute, tu vas rendre son portefeuille à mon frère tout de suite. » Randy mit le portefeuille dans sa poche puis en sortit son couteau.
« Oh? Et sinon ? Qu'est-ce que tu vas faire ? » Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase que Jeff le frappa au nez. Comme Randy essayait de protéger son visage, Jeff lui saisit les poignets. Randy se mit à crier et Jeff saisit le couteau de sa main. Troy et Keith se précipitèrent vers eux mais Jeff fut trop rapide. Il jeta Randy au sol. Keith tenta de l'attraper mais Jeff le poignarda dans le bras. Keith tomba à terre en hurlant. Troy, lui, tirait Randy pour le sortir de là, Jeff n'eut même pas besoin du couteau. Il le frappa juste directement dans l'estomac, Troy chuta, il vomit en se tenant le ventre. Liu ne pouvait rien faire mais regarda son frère avec étonnement.
« Pourquoi t'as fait ça Jeff ? » c'était tout ce qu'il avait pu dire.
Le bus arrivant, ils ne voulaient pas être blâmés pour tout ce qui venait de se passer, ils se mirent à courir aussi vite qu'ils le pouvaient. Liu jeta un coup d'œil en arrière pour voir le chauffeur de bus se précipiter vers Randy et les autres.
Jeff et Liu arrivèrent à l'école, ils n'osèrent rien dire sur ce qui s'était passé. Liu pensait que son frère avait fait ça pour le protéger mais Jeff savait que c'était autre chose. Quelque chose d'effrayant. Lorsqu'il avait eu ce sentiment, il réalisait combien il était puissant, l'envie de juste...blesser quelqu'un. Il n'aimait pas la façon dont les choses tournaient mais il ne pouvait s'empêcher de se sentir heureux. Il tachait de ne pas trop penser à cette sensation étrange durant ses journées d'école. Même lorsqu'il rentrait chez lui, à proximité de l'arrêt de bus où il s'était battu, et sachant que maintenant il ne pourrait probablement plus prendre le bus, il se sentait heureux.
Quand il est rentré chez lui, ses parents lui on demandé comment s'était passée sa journée, il avait répondu d'une voix un peu inquiétante: «C'était une journée merveilleuse.»
Le lendemain matin, il entendit frapper à sa porte. Il descendit pour trouver deux policiers dans l'entrée, sa mère le regardait avec colère.
« Jeff, ces officiers me disent que tu as attaqué trois enfants. Que ce n'était pas un combat régulier, et qu'ils ont été poignardés. Poignardé, mon fils! » Jeff baissa les yeux, montrant à sa mère que c'était vrai.
«Maman, ce sont eux qui nous ont attaqué moi et Liu. »
« Fiston » a déclaré l'un des flics « Nous avons trouvé trois enfants, deux poignardé, le troisième ayant une ecchymose sur son ventre, et nous avons des témoins qui prouvent que vous avez fui la scène. Maintenant, qu'est-ce que cela nous dit? » Jeff savait que c'était inutile. Il ne pouvait lui dire que Liu avait été attaqué, mais il n'y avait aucune preuve que ce n'était pas eux qui avaient attaqué le premier. Ils ne pouvaient pas dire qu'ils ne fuyaient pas, parce qu'il s'agissait bien de la vérité. Donc Jeff ne pouvait pas se défendre, ni lui, ni Liu.
« Mon fils, appelle ton frère. » Mais Jeff ne pouvait pas le faire, puisque c'était lui qui avait battu ces enfants.
« Monsieur, c'est ... c'est moi. Je suis celui qui a blessé les enfants. Liu a essayé de me retenir, mais il ne pouvait m'arrêter." Le flic regarda son partenaire et tous deux hochèrent la tête.
«Eh bien gamin, il semble que l'on va devoir t'arrêter »
« Attendez! » dit Liu. Ils ont tous levé les yeux pour voir le petit garçon tenant un couteau. Les policiers ont alors sorti leurs armes et l'on mis en joue.
« C'est moi, c'est moi qui ais fait ça. J'ai des marques qui le prouvent. » Il leva ces manches pour révéler des coupures et des ecchymoses, comme lors du combat.
« Fiston, pose ce couteau » déclara l'officier. Liu lâcha son arme qui tomba au sol. Il mit ses mains en l'air et se dirigea vers les policiers.
« Nan ! C'est pas Liu, c'était moi! Je l'ai fait! » Des larmes coulaient sur le visage de Jeff.
« Huh, mon pauvre frère. Essayer de prendre tous les blâmes pour ce que j'ai fait. Eh bien, emmène-moi. » La police conduisit le petit garçon jusqu'à leur voiture de patrouille.
« Liu, dis-leur que c'était moi! Dis-leur! Que c'était moi qui ais blessé ces enfants!" La mère de Jeff posa ses mains sur ses épaules.
« Jeff, s'il te plaît, cesse de mentir. Nous savons que c'est Liu, tu peux arrêter. » Jeff regarda, impuissant, la voiture de police s'en aller avec son frère. Quelques minutes plus tard, leur père vint le rejoindre dans l'allée, en voyant le visage de Jeff, il remarqua que quelque chose n'allait pas.
« Mon fils, qu'est-ce que c'est ? » Jeff ne pouvait pas répondre. Ses cordes vocales étaient nouées à force de pleurer. Sa mère détourna les yeux et rentra dans la maison, suivit de son père, ils laissèrent Jeff pleurer dans l'allée. Après une heure ou deux il revint à la maison, voyant que ses parents étaient tous deux choqués, tristes et déçus. Il ne pouvait pas les regarder. Il ne voyait pas comment ils pouvaient penser que c'était Liu qui avait fait ça, alors que tout était de sa faute. Pour échapper à cette tourmente, il tenta de s'endormir.
Deux jours étaient passés, sans nouvelles de Liu de la part du Comité Paritaire de Discipline. Rien d'autre que la tristesse et la culpabilité. C'est ce samedi, alors que Jeff fut réveillé par sa mère, avec un visage heureux et radieux.
« Jeff, c'est le jour J » dit-elle en ouvrant les rideaux et en laissant entrer la lumière dans sa chambre.
« Qu'est-ce, qu'est-ce qu'il y a aujourd'hui? » demanda Jeff dès qu'il fut réveillé.
« Quoi ? Tu ne te souviens plus ? C'est la fête de Billy aujourd'hui. » Une fois tout à fait réveillé, il rétorqua.
« Maman, tu plaisantes, pas vrai? Ne compte pas sur moi pour aller faire la fête de ce gamin ... » Il y eut un long moment de silence.
« Jeff, nous en avons déjà parlé. Et puis je pense que cette fête pourrait illuminer un peu ces tristes jours. Maintenant va t'habiller. » La mère de Jeff sortit de la chambre et descendit pour se préparer elle même. Il peina à se lever mais finit par attraper une chemise au hasard, un jeans et descendit les escaliers. Ses parents étaient déjà prêts, sa mère en robe et son père en costume. Pourquoi n'avait-il jamais le droit de porter des déguisements pour aller à une fête ? Pensa-t-il.
« Jeff, c'est tout ce que tu vas mettre ? » lui demanda sa mère.
« C'est toujours mieux que d'en porter trop." lui répondit-il. Sa mère voulut crier mais il se cacha derrière un sourire.
« Ça suffit Jeff, on peut être trop habillé, mais le principal est de faire bonne impression." lui dit son père. Jeff grogna et retourna dans sa chambre.
« Je n'ai pas de déguisement!" a-t-il crié en bas des escaliers.
« Il suffit de choisir quelque chose. » a appelé sa mère. Il regarda donc autour de lui dans sa garde-robe pour trouver ce qu'il pourrait appeler un déguisement. Il y trouva un pantalon noir qu'il portait pour les occasions spéciales et un maillot de corps. Il ne pouvait pas trouver une chemise pour aller avec elle cependant. Il regarda autour de lui et ne trouva que des chemises rayées et à motifs. Aucune n'allait avec le pantalon. Il finit cependant par trouver un sweat à capuche blanc.
« Tu portes ça? » demandèrent-ils. Sa mère regarda sa montre. « Oh, pas le temps de changer. Rentrons. ». Ils traversèrent la rue jusqu'à la maison de Barbara. Ils frappèrent à la porte et Jeff remarqua que Barbara, tout comme ses parents, était trop habillée. Alors qu'ils entraient à l'intérieur Jeff put voir qu'il n'y avait que des adultes, pas d'enfants.
« Les enfants sont dans la cour. Jeff, que dirais-tu d'aller les voir ? » demanda Barbara.
Jeff se dirigea vers la cour pleine d'enfants. Ils couraient partout en costumes de cow-boy et se tiraient les uns sur les autres avec des fusils en plastique. On se serait cru dans un Toys R Us. Soudain, un gamin s'approcha de lui et lui offrit un chapeau et un pistolet.
« Hé. Tu veux jouer ? » lui demanda-t-il ?
« Ah, non. Je suis trop vieux pour ce genre de choses. » L'enfant le regarda avec un visage assez étonné.
« S'il te plaît? » dit le gamin.
« Bien. » finit par dire Jeff.
Il mit son chapeau et commença à faire semblant de tirer sur les enfants. Au début, il pensait que c'était totalement ridicule, mais finit par vraiment s'amuser. C'était la première fois qu'il réussissait à se sortir Liu de l'esprit. Ainsi, il joua avec les enfants pendant un certain temps, jusqu'à ce qu'il entende un bruit. Un bruit bizarre, ensuite plus rien. Il fut frappé à la tête. Randy, Troy, et Keith avaient sauté par-dessus la clôture sur leurs planches à roulettes. Jeff lâcha son pistolet et perdit son chapeau. Randy regarda Jeff avec une haine brûlante.
« Salut Jeff » lui dit-il. « Il me semble que cette histoire n'est pas terminée». Jeff vit son nez meurtri. « Je pense que nous sommes quittes. Je vous ai frappé, et vous avez envoyé mon frère au CPD. »
Randy avait de la colère dans ses yeux. « Oh non, ce n'est pas encore terminé. Tu nous as eus la dernière fois mais pas aujourd'hui. »
Randy se précipita sur Jeff. Tout deux chutèrent au sol. Randy frappa de nouveau Jeff au nez, et Jeff lui attrapa la tête. Jeff poussa le garçon qui était au-dessus de lui et les deux se relevèrent. Les enfants criaient et couraient partout. Troy et Keith sortirent leurs armes hors de leurs poches.
«Personne ne nous interrompra ! » dirent-ils. Randy sorti un couteau et poignarda Jeff à l'épaule.
Jeff cria et tomba à genoux. Randy lui donna des coups de pied dans le visage mais celui-ci réussit à attraper son pied et il le tordit, faisant tomber son adversaire. Jeff se leva et se dirigea vers la porte arrière de la maison. Troy l'attrapa.
« Besoin d'aide ?» Il prit Jeff par le col et le jeta contre la porte qui s'ouvrit. Randy recommença à plusieurs reprises à lui donner des coups de pied, jusqu'à ce qu'il commence à cracher du sang.
« Allez Jeff, bats-toi ! » Il prit Jeff et le jeta dans la cuisine. Randy vit une bouteille de vodka sur le comptoir et brisa le verre sur la tête de Jeff.
« Bats-toi! » Il jeta Jeff dans le salon.
« Allez Jeff, regardez-moi! » le garçon à terre leva péniblement les yeux, le visage criblé de sang.
« Je suis celui qui a envoyé ton frère en CPD. Et tu restes là à pourrir sans rien faire! Tu devrais avoir honte! » Jeff commença à se lever.
« Oh, enfin! Tu te lèves pour te battre! » Jeff était maintenant à ses pieds, le sang et la vodka coulaient sur son visage. Encore une fois, ce sentiment étrange lui enserra la poitrine, il ne l'avait plus senti depuis un certain temps.
« Enfin. C'est toi! » dit Randy.
C'est alors que Jeff comprit. Quelque chose à l'intérieur de lui venait de s'enclencher. Son psychisme était détruit, toute pensée rationnelle s'était envolée, tout ce qu'il pouvait faire, c'était tuer. Il attrapa Randy et le poussa sur le sol. Puis prit les brides de verre brisé pour perforer le cœur du petit garçon. Les battements du cœur de Randy ralentissaient, il manquait d'air mais comme il vivait encore, Jeff s'acharna sur lui. Coup après coup, le sang jaillit du corps de Randy jusqu'au moment où il rendit son dernier souffle.
Troy et Keith cherchaient Jeff, lorsqu'ils finirent par le trouver, ils pointèrent leurs armes sur lui. Jeff vit les canons des armes pointés sur lui, il prit la fuite dans les escaliers. Mais Troy et Keith étaient à ses trousses et lui tiraient dessus. Jeff monta les escaliers, il se cacha dans la salle de bain. Il saisit le porte-serviettes et le décrocha du mur.
Lorsqu'il les vit entrer dans la salle de bain Jeff frappa Troy au visage avec le porte-serviette. Cependant Keith était plus agile que Troy, et réussit à éviter le coup. Il attrapa Jeff par le cou et le plaqua contre le mur. Le choc fit tomber la bouteille d'eau de javel qui se trouvait sur l'étagère au-dessus d'eux. Le liquide toxique leur tomba dessus, brûlant leur visage. Ils hurlèrent, Jeff s'essuya les yeux du mieux qu'il le pouvait. Il put ainsi attraper le porte-serviettes et le balança tout droit dans la tête de Keith. Son adversaire gisait là, dans une mare de sang, Jeff laissa échapper un sourire sinistre.
Keith se mit à rire à son tour
« Qu'est-ce qui est si drôle? » demanda Jeff. Keith a sorti un briquet et l'alluma. « Ce qui est drôle... » dit-il. « ...C'est que tu es couvert d'eau de javel et d'alcool. »
Les yeux de Jeff s'agrandirent lorsque Keith jeta le briquet sur lui. Les flammes dévorèrent le visage du pauvre Jeff, sa peau fondait, blanchissait. Il poussa un cri terrible, il prit feu. Il se jeta au sol pour rouler et tenter d'éteindre les flammes mais c'était inutile. Il courut dans le couloir, et tomba dans les escaliers. Les enfants et les parents qui étaient revenus dans la maison se mirent à hurler en voyant le garçon en feu, tomber sur le sol, aux portes de la mort. La dernière chose que Jeff vit fut sa mère et les autres parents essayant d'éteindre la flamme. C'est à ce moment qu'il s'évanouit.
Quand Jeff se réveilla, il vit que tout était blanc, des bandes de tissu lui entourait le visage. Il ne pouvait rien voir, mais il sentit un plâtre sur son épaule, et sur l'ensemble de son corps. Il tenta de se lever, mais une horrible douleur le parcouru. Une infirmière se précipita vers lui.
« Je ne pense pas que tu puisses sortir du lit tout de suite. » dit-elle en le remettant dans son lit. Jeff était assis là, sans rien voir, n'ayant aucune idée d'où il était. Enfin, après quelques heures, il entendit sa mère.
« Mon chéri, Comment te sens-tu ? » lui demanda-t-elle. Jeff ne pouvait pas répondre cependant, son visage était couvert, et il était incapable de parler. « Oh, chéri, j'ai d'excellentes nouvelles. Des témoins ont raconté à la police qu'ils avaient vu Randy essayer de vous attaquer. Ils ont finalement décidé de laisser Liu s'en aller. » « Il sortira d'ici demain, et puis vous deux...vous serez à nouveau ensemble. »
Durant les semaines qui suivirent, Jeff reçut régulièrement la visite de sa famille . Puis, vint le jour où ses bandages devaient être enlevés. Sa famille était là pour le voir, voir à quoi il allait pouvoir ressembler après ce terrible incident. Le médecin commença à défaire les bandages, tous étaient rivés à leur siège, attendant que la dernière bande fut enlevée.
« Ce n'était pas facile, nous avons fait de notre mieux. » déclara le médecin. Il tira rapidement sur le tissu, dévoilant enfin le visage de Jeff.
Sa mère hurla, les yeux de son père et de son frère affichaient une expression d'étonnement.
« Quoi? Qu'est-ce qui est arrivé à mon visage? » demanda Jeff. Il se précipita hors de son lit et courut vers la salle de bain. Il se regarda dans le miroir et vit la cause de leur détresse. Son visage. C'était...horrible. Ses lèvres avaient été brûlées, remplacés par une épaisse ombre rouge, une chair à vif. Sa peau avait blanchi et ses cheveux avaient pris une teinte noire des plus sombre. Lentement, il porta la main à son visage. Sa peau avait maintenant un toucher dur comme du cuir. Il se retourna vers sa famille puis de nouveau vers le miroir.
« Jeff » hésita Liu « Ce n'est pas...si mal »
« Pas si mal que ça? C'est parfait! »
Sa famille fut surprise et Jeff se mit à rire, un rire incontrôlable. Ses parents se regardèrent l'air inquiet.
« Euh ... Jeff, tu vas bien ? »
« Bien ? Je n'ai jamais été aussi heureux ! Ha ha ha ha ha Haaaaaa, regardez-moi ! Je suis magnifique ! » Il ne pouvait pas s'arrêter de rire. Il caressa de nouveau son visage en se regardant dans le miroir. Quelque chose en Jeff était né, il n'était plus le même.
« Docteur... » interpella Margaret. «Mon fils va ... bien ? vous savez...dans sa tête? »
« Oh oui, ne vous inquiétez pas, ce comportement est typique pour les patients qui ont eu de très grandes quantités d'analgésiques. Si rien ne change dans quelques semaines, ramenez-le ici, et nous lui ferons passer un test psychologique. »
« Oh merci docteur. » La mère de Jeff alla voir son fils. « Jeff, mon trésor. Il est temps d'y aller. »
Jeff détourna le regard du miroir, le visage toujours déformé d'un sourire fou. Sa mère le prit par l'épaule et il l'aida à s'habiller.
« C'est comme ça qu'il est arrivé...» avait déclaré la dame de la réception. La mère de Jeff baissa les yeux pour voir le pantalon noir et le sweat à capuche blanc que son fils portait. Ils étaient maintenant propres du sang qui les avait maculé...
Plus tard cette nuit-là, Margaret fut réveillée par un bruit venant de la salle de bain. On aurait dit que quelqu'un pleurait. Lentement, elle s'approcha pour voir de quoi il s'agissait. Lorsqu'elle regarda dans la pièce elle vit un spectacle des plus traumatisants. Son petit Jeff avait pris un couteau dans la cuisine et s'était entaillé les joues pour se dessiner un sourire.
«Jeff, qu'est-ce que tu fais?" demanda sa mère sous le choc.
Le garçon se retourna pour la regarder. « Je n'arrivais plus à sourire maman, je ne le pouvais plus, ça faisait mal. Mais maintenant, je peux sourire pour toujours ! »
Elle remarqua alors les yeux de son fils, cernés de noir.
« Jeff, tes yeux! »
« Je ne pouvais pas voir mon visage, je n'arrivais pas à le voir. J'étais fatigué et mes yeux ont commencé à se fermer... j'ai brûlé mes paupières pour que je puisse le voir maman... mon nouveau visage ! »
La mère de Jeff doucement commencé à reculer, voyant que son fils avait perdu la raison.
« Qu'est-ce qu'il y a maman ? Ne suis-je pas beau ? »
« Si, mon fils...tu l'es ! » « Laisse-moi aller chercher papa, pour qu'il puisse voir ton visage. » Elle courut dans sa chambre et secoua son mari pour le réveiller.
« Chéri, prend le fusil, nous... » Elle s'arrêta en voyant Jeff à la porte, tenant un couteau.
« Maman, tu as menti. »
C'est la dernière chose qu'ils entendirent avant que Jeff ne se précipite sur eux avec le couteau.
Liu fut également réveillé par un cri. N'ayant rien entendu d'autre il décida de fermer les yeux et essaya de se rendormir. Mais juste avant de replonger dans le sommeil, il eut le sentiment étrange que quelqu'un l'observait. Il leva les yeux, avant qu'une main ne lui couvre la bouche. Jeff leva lentement le couteau au-dessus de la tête de son frère. Liu se débattit pour essayer d'échapper à la prise de son aîné.
« Shhhhhhh... » lui dit Jeff « Endors-toi ! »
avatar
Asahanakuro
Admin
Admin

Messages : 99
Date d'inscription : 16/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://receptoriummagia.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par Asahanakuro le Ven 21 Fév - 19:31

Creepypasta de Zelda, Majora's mask


"Post 01 : 7 Septembre 2010
Okay, /x/, J'ai besoin de votre aide. Ce n'est pas un copypasta, c'est une longue lecture, mais je sens que ma sécurité et mon bien-être en dépend. ça parle d'un jeu vidéo, Majora’s Mask, et il y a eu la m*rde la plus flippante que j'aie jamais eue de ma vie.
En disant ça, J'avais récemment déménagé dans un campus, dans un lycée spécialisée en Sophologie et un ami m'a donné sa vieille Nintendo 64. J'étais extatique, au moins, j'allais enfin pouvoir jouer à des jeux de mon enfance que je n'avais jamais pu toucher depuis au moins une décennie. Sa Nintendo 64 était accompagnée d'une manette jaune et une vieille copie de Super Smash Bros., et ça n'a pas pris long pour que je commence à m'ennuyer à force de vaincre l'ordi au niveau 9.
Ce weekend je décidai de visiter le voisinage qui était à 20 minutes du campus, et je tombai sur un vide-grenier, dans l'espoir de trouver l'occase parfaite par des parents ignorants. Je finis par obtenir les cartouches de Pokemon Stadium, Goldeneye (Yes !), F-Zero, et deux manettes supplémentaires, le tout pour 2$. Satisfait, j'allais rentrer au campus quand une dernière maison attira mon attention. Je ne sais toujours pas pourquoi encore aujourd'hui, il n'y avait pas de voiture et il n'y avait qu'une table avec quelques trucs au hasard, Mais quelque chose m'a attiré. Je fais confiance à mes tripes dans ces cas là alors je suis descendu de voiture et m'approchai de l'homme du stand. C'était un vieil homme dont l'apparence était, à défaut d'un meilleur mot, déplaisante. C'était bizarre, si vous me demandez pourquoi c'était déplaisant, je ne pouvais pas mettre le doigt sur le détail qui choquait - il y avait juste quelque chose qui me mettait en alerte, je ne peux l'expliquer. Tout ce que je peux dire c'est que si ce n'était pas le milieu de l'après midi et qu'il y avait personne autour du secteur, je n'aurais jamais approché ce type.
Il fit un sourire et me demanda ce que je cherchais, et j'ai immédiatement remarqué qu'il devait être aveugle d'un oeil ; son oeil droit très clair le laissait deviner. Je me forçai à regarder son autre oeil, essayant de ne pas être offensant, et lui demanda s'il avait de vieux jeux vidéos.
J'étais déjà en train de me demander comment m'excuser poliment quand il me répondrait qu'il ne savait pas ce qu'était un jeu vidéo, mais à ma grande surprise, il me dit qu'il en avait dans une boite. Il me dit qu'il reviendrait dans "5 secs" et retourna à son garage. Alors que je le voyais s'éloigner, je jetai malgré moi un oeil sur son étalage. appuyées dessus… des peintures particulières ; des dessins ressemblants aux taches d'encre que les psychiatres utilisent. Curieux, Je jetai un oeil plus approfondi dessus - c'était évident qu'aucun autre client ne s'intéressait au vide-grenier du gars, ce n'était pas esthétiquement plaisant. En arrivant à la dernière, cela me rappela le jeu Zelda Majora’s Mask - la même forme de coeur avec les épines sortant de partout. Enfin, j'ai eu cette pensée parce que je désirais trouver secrètement ce jeu, je pense, et mon cerveau a projeté ça à la Freud dans la tache d'encre, mais après les évènements qui ont suivi, je n'en suis pas trop sur. J'aurais du en parler à l'homme. J'aurais vraiment du.
Après avoir regardé la tache style Majora, je levai les yeux et vit que l'homme était déjà revenu, les bras croisés, sourire aux lèvres. Je sursautai par réflexe et ria nerveusement alors qu'il me tendit une cartouche de Nintendo 64. Elle était grise, pas d'étiquette, mais on y avait écrit "Majora" au marqueur. Je sentis un noeud au ventre en réalisant la coïncidence et lui demanda combien il en voulait.
L'homme me sourit en me disant que je pouvais la prendre gratuitement, et qu'elle appartenait à un enfant de mon âge qui ne vivait plus. Il y avait de l'étrangeté dans la façon dont l'homme a formulé cette phrase, mais je n'y ai pas fait attention, j'étais trop heureux, non seulement d'avoir trouvé ce jeu, mais de l'avoir pour rien aussi.

Je me souvins avoir été un peu sceptique car la cartouche ne semblait pas neuve et que la garantie était morte depuis surement des années, mais mon optimise me répondit que c'était sans doute une version bêta piratée, et c'est tout ce qu'il me fallait pour le 7ème ciel that. Je remerciai l'homme, il me sourit et me dit “Eh bien Au revoir !” - du moins c'est ce qu'il m'a semblé entendre. Alors que je revenais au campus, j'avais un doute persistant sur ce que cette homme avait dit. Mes peurs se sont confirmées lorsque j'ai démarré le jeu (à ma surprise, il fonctionnait à merveille) Et il y avait une seule partie, nommée “BEN”. “Eh, Ben, au revoir !”, il voulait dire “Au revoir, Ben”. Je me sentis mal pour le vieil homme, surement un grand parent devenu sénile, et - pour une raison ou l'autre - je lui ai rappelé son petit fils “Ben”. Par curiosité je jetai un oeil à la partie sauvegardée. Je restai bouche bée, il était allé vraiment loin dans le jeu - il avait presque tous les masques et 3 masques de boss sur les 4. Il avait aussi utilisé une statue de hibou pour sauvegarder, Il était au 3ème jour au Temple de Pierre et il ne restait plus qu'une heure environ avant que la lune ne s'écrase. Je me souviens avoir pensé que c'était honteux d'avoir été si loin dans le jeu sans l'avoir fini. Sur la sauvegarde vide, je créai une nouvelle partie nommée “Link” par tradition, prêt à renouer avec mon enfance.
Pour une cartouche qui paraissait délabrée, J'étais impressionnée par la façon dont elle tournait - parfaite comme une copie originale sans compter les quelques bugs mineurs (des textures pas à leur place, des flashs ou de scènes à intervalles bizarres, mais rien de sérieux). Cependant la seule chose qui m'énervait était que les PNJs m'appelaient “Link” mais parfois, par moments, ils m'appelaient aussi “BEN”. J'imaginai que c'était un bug - le genre qui mélange des données entre les deux sauvegardes. Cela me poussa un peu plus tard, après avoir vaincu le temple des marécages, à regrettablement revenir aux choix des sauvegardes et à effacer celle de “BEN” (Je prévoyais garder le fichier par respect pour le précédent utilisateur, et puis c'est pas comme si il m'en fallait deux), dans l'espoir de résoudre le problème. ça a plus ou moins marché, les PNJs ne m'appelant plus, à la place de mon nom dans les dialogues il n'y avait qu'un espace vide (mon fichier s'appelait toujours “Link”, pourtant). Frustré, je laissai tomber, j'avais des devoirs à faire de toute manière.
Je rejouai la nuit dernière, ai attrapé le Monocle de Vérité et sur le chemin pour le Temple des neiges. Maintenant, les joueurs les plus hardcores de Majora’s Mask connaissent sans doute le glitch du “4ème jour” - quand l'horloge s'apprête à aller sur 00:00:00 au dernier jour, parler à l'astronome et regarder le téléscope. Si vous avez réussi, le compte à rebours disparait et vous avez une nouvelle journée pour finir ce que vous voulez. J'avais décidé de tester ce glitch pour finie le Temple des neiges, je réussis apparemment au premier essai et le compte à rebours disparut.
Mais, lorsque j'appuyai B pour sortir du télescope, au lieu de reparler à l'astronome je me trouvai dans la salle du combat contre Majora à la fin du jeu, regardant skull kid flottant au dessus. aucun son, juste lui, flottant en l'air devant moi, et la musique qui était celle de d'habitude (aussi flippante par contre). Immédiatement je sentis mes mains devenir moites - c'était définitivement pas normal. Skull Kid n'est JAMAIS apparu ici. J'essayai d'explorer la zone, et peu importe où j'allai, Skull Kid me regardait, sans rien dire. Rien ne se passa en fait, et ça dura environ une minute. Je pensai à un bug du jeu - mais je commençais à en douter.
J'allai me lever pour atteindre le bouton Reset quand tu texte apparut à l'écran : “Vous ne savez pas pourquoi, mais il semble que vous ayez une réservation…” Je reconnus immédiatement la ligne - on a ce message dans l'auberge lorsqu'on a la clé de la part d'Anju, mais pourquoi ce message là ? Je refusai d'entretenir la notion que c'était le jeu qui voulait communiquer avec moi. Je reccommançai mon exploration, voir s'il n'y avait pas un quelconque déclencheur qui avait causé ce message, puis je réalisai ma stupidité - penser que quelqu'un puisse reprogrammer le jeu ainsi était absurde. Puis, 15 secondes plus tard, un autre message apparut à l'écran, et c'était aussi une phrase qui pré-existait dans le jeu “Aller directement à la salle du boss du temple ? Oui/Non”. Je ne fis rien un moment, réfléchissant à quelle décision prendre et comment le jeu réagirait, quand je réalisai que je ne pouvais pas choisir non. Prenant mon souffle, je choisis Oui et l'écran fit un fondu au blanc, avec les mots “Aube d'un nouveau jour” avec le texte de dessous buggé. Je n'eus jamais aussi peur lorsque je vis la suite.
La seule manière d'exprimer ce que j'ai ressenti était un sentiment de dépression inexplicable mais profonde. Je ne suis pas un dépressif, mais le sentiment que j'eus était inconnu pour moi - comme une présence tordue et puissante qui semblait se laver sur moi.
J'apparus dans une sorte de Bourg-Clocher au crépuscule. Je sortais de la tour (comme normalement quand on commence du jour 1) mais il n'y avait aucun PNJ. D'habitude, quand on fait le glitch du 4ème jour, on voit toujours les gardes, le chien et tout ça - là il n'y avait personne. A la place, j'avais le sentiment désagréable que quelque chose m'observait, dans ce "bourg fantôme". J'avais 4 coeurs et l'Arc du Héros, mais je ne me sentais pas bien, comme en danger. Sans doute à cause de la musique - c'était le chant de l'apaisement, du jeu lui-même, mais joué à l'envers. La musique devenait de plus en plus forte, venant de manière à ce que vous attendez à ce que quelque chose jaillisse d'un coup de nulle part, mais rien ne se passa, et la musique en boucle commençait à attaquer mon mental.
Puis, j'entendis le rire du vendeur de masques en arrière plan, assez faiblement pour me laisser le doute mais assez fort pour me déterminer à en trouver la source. Je regardai toutes les zones de Bourg clocher, en vain…. Personne. Des textures manquaient, L'Ouest du Bourg me faisait marcher dans les airs, la zone entière semblait… buggée. Buggée sans espoir. Alors que le chant inversé de l'apaisement se jouait pour la 50ème fois, je me souviens, en restant au centre du sud du Bourg, que je ne m'étais jamais senti aussi seul dans un jeu.
Alors que j'explorai le bourg fantôme, je ne sais pas si c'était l'atmosphère ou je ne sais quoi, mais j'étais au bord des larmes sans savoir pourquoi. Je ne pleure pas facilement, quelque chose m'avait comme lancé une dépression tout au fond de moi.

Je tentai de fuir le Bourg, mais quand je tentai de sortir, je me retrouvai à une autre zone du Bourg. J'essayai l'ocarina, je voulais fuir, et je ne voulais PAS être ici, mais quand j'essayai le chant du hibou ou le chant du temps, ça disait “Vos notes ont porté loin, mais rien ne se passe”. A ce point, il était clair que le jeu ne voulait pas me laisser partir, mais j'en ignorais la raison. Je ne voulais pas entrer dans les bâtiments, J'avais peur de me sentir plus vulnérable à l'intérieur. Je ne sais pas pourquoi, mais l'idée me vint de tenter de me noyer à côté de chez Kafei pour voir l'effet que ça ferait.
J'allai donc vers le point d'eau, voici ce qui arriva. Link attrapa sa tête, et l'écran flasha un bref moment sur le vendeur de masques me souriant - me souriant à moi, pas à Link - moi avec le hurlement de Skull Kid en arrière plan et quand l'écran revint j'étais devant la statue de Link, celle qui apparait quand Link joue le chant du vide. Je hurlai quand la chose me regardai avec son expression flippante. Je tournai les talons et fonça hors de la zone, et à mon horreur, cette p*tain de statue me suivait de la même manière que les Anges en Larmes de Doctor Who. Assez souvent, à intervalles irrégulières, l'animation de la statue qui apparait se jouait derrière moi. c'est comme si cette chose me pourchassait, ou - j'ai même pas envie de le dire - me hantait.
Là, j'étais au bord de l'hystérie, mais la pensée d'éteindre le jeu ne m'a pas traversé l'esprit, J'ignore pourquoi, impossible de décrocher - la terreur me semblait si réelle. J'essayai de faire bouger la statue, mais elle apparaissait littéralement derrière moi à chaque fois. Link commença à faire des animations bizarres que je ne l'avais jamais vu faire, il tournait ses bras partout ou avait des spasmes et le vendeur de masques souriant flasha encore un bref moment avant d'être face à cette p*tain de statue. Je finis par courir au dojo du maitre d'armes vers l'arrière boutique, Je ne sais pas pourquoi, mais dans ma panique je voulais l'assurance de ne pas être seul ici. A ma déception, il n'y avait personne, mais alors que j'allais partir, la statue m'avait coincé dans un coin. j'essayai de l'attaquer à l'épée en vain. Confus, dos au coin, j'attendis que la statue me tue. Soudainement, l'écran flasha encore sur le vendeur de masques et link se tourna face à l'écran, debout à côté de la statue, les deux me regardant fixement. Ce qui restait du 4ème mur était complètement dévasté quand je m'enfuis du dojo, terrifié. Soudain, le jeu m'avait téléporté dans un tunnel souterrain et le chant inversé de l'apaisement rejoua alors que je reprenais mon souffle un court laps de temps avant que la statue me repourchasse… cette fois-ci agressivement - Elle apparaissait cette fois tous les trois pas environ. Je fonçai hors du tunnel et apparut à l'Est du Bourg. Alors que je courrais sans but - dans une franche panique - soudainement un hurlement de monstre effroi et l'écran fit un fondu au noir et afficha “Aube d'un nouveau jour” et le texte du dessous buggé une fois de plus.
Cette fois j'apparus au sommet du clocher avec Skull Kid flottant au dessus, silencieux. La lune était revenue, à peine à quelques mètres de moi, mais Skull Kid me regardait toujours avec son p*tain de masque. Une nouvelle chanson se joua - La musique du Temple de pierre à l'envers (pas inversé, vraiment à l'envers comme le chant de l'apaisement). Dans une tentative désespérée, je tentai de tirer sur Skull Kid avec l'arc - ça le touchait bien et il faisait une animation de recul une fois touché. Je tirai encore et à la troisième flèche, un message apparut, disant “ça ne te fera pas du bien. Hee, hee.” Je fus soulevé du sol, en lévitation sur le dos, puis Link hurla en étant pris par les flammes, le tuant instantanément.
Je sursautai quand ça arriva - Je n'avais jamais vu ce type de mouvement et Skull Kid lui-même n'attaque pas du tout en principe. L'écran de mort se joua, mon corps sans vie brulant, Skull Kid riant et puis fondu au noir, pour me faire réapparaitre directement au même endroit, sans même me montrer un écran de game over. Je décidai de charger vers lui, mais la même chose arriva, Le corps de Link était soulevé du sol par une force inconnue et immédiatement brûla dans les flammes, le tuant. Mais cette fois quand il mourut, le chant inversé de l'apaisement se joua. A mon troisième (et dernier) essai, je remarquai qu'il n'y avait plus de musique, juste un silence assourdissant. Je me souviens qu'à la première rencontre avec Skull Kid on est supposé utiliser l'Ocarina pour revenir au 1er jour ou pour appeler les géants. J'essayai le chant du temps mais avant que je puisse jouer la dernière note, le corps de Links explosa d'un coup dans les flammes une fois de plus et mourut.
Alors que l'agonie se finissait, le jeu commença à ramer, comme si la cartouche chargeait quelque chose de lourd…. Quand l'écran revint, C'était une fois de plus la même chose, mais Link était couché au sol comme mort dans une position que je n'avais jamais vue dans le jeu, sa tête en direction opposée de la caméra, avec Skull Kid flottant non loin. Impossible de bouger, aucun bouton ne réagissait, je ne pouvais que regarder le corps sans vie de Link. Après 30 secondes de ça, le jeu fit un fondu au noir et afficha le message “Tu as fait face à une terrible destinée, n'est-ce pas ?” avant de me renvoyer à l'écran titre.
Je revins à l'écran de sauvegarde, Je remarquai que ma sauvegarde n'y était plus. A la place de “Link”, il y avait une partie nommée “YOURTURN” (ton tour). “YOURTURN” avait 3 coeurs, 0 masques, et pas d'objets. Je choisis “YOURTURN” et ça m'emmena immédiatement à la scène de Link mort sur le sommet de l'horloge avec Skull Kid qui flotte, son rire se jouant en boucle. J4appuyai rapidement sur Reset et quand le jeu démarra, il y avait encore un changement, sous “YOURTURN”, une partie nommée “BEN”. La sauvegarde de “BEN" était la même que celle que j'avais supprimée plus tôt, le même nombre de masques, au même endroit, à la même heure.
J'éteignis la console, je ne suis pas superstitieux mais c'était bien TROP de bordel, même pour moi. Je n'y ai pas joué du tout aujourd'hui, et j'ai même pas dormi de la nuit, le chant inversé de l'apaisement trottait en boucle dans ma tête et je me souvenais du sentiment que j'avais au Bourg Clocher. Je revins chez le vieil homme aujourd'hui pour lui poser des questions avec un ami à moi (pas question que j'y aille seul), pour voir que sa maison avait un panneau "A vendre" planté dans le jardin. Quand je sonnai à la porte, personne ne répondit.
Et me revoilà ici, écrivant le reste de mes pensées, enregistrant ce qui s'est passé, désolé pour les erreurs de grammaire et tout, je ne dors plus. Je suis terrifié par ce jeu, encore plus rien qu'en réécrivant les faits, Mais quelque chose me dit qu'il y a plus à explorer dans cette histoire. Je crois que “BEN” est quelque chose dans cette équation, Mais j'ignore quoi, et si je pouvais retrouver le vieil homme, j'en aurais surement la réponse. J'ai besoin d'un jour de plus pour récupérer avant de tacler ce jeu une fois encore, j'ai l'impression que ma santé en a pris déjà un coup, mais la prochaine fois, je vais enregistrer tout ça en vidéo. Cette idée m'est venue à la fin, alors vous voyez les dernières minutes que j'aie pu voir (Skull Kid et la statue de Link), Et c'est posté sur YouTube.
Je vais rester dans ce thread un moment avant de dormir pour répondre à ceux que ça intéresse et qui pourraient m'aider à élucider ce mystère ou des trucs à me proposer d'essayer, Je pense que je vais jouer la partie de BEN demain pour voir ce qui se passe, peut-être que c'est ça qu'il fallait faire. Je crois pas au paranormal, mais ça c'est bizarre, et peut-être ce BEN est juste un excellent hacker, je ne veux pas penser à des alternatives s'il n'y en a pas.
Fin du copier/coller, J'espère que tout ça n'est qu'un simple gag de développeur et que les autres gens ont eu des autres copies comme celles-là. ça me fait juste flipper...
Post 02 : 8 septembre 2010
Je vais poster ce qui s'est passé et le lien de la vidéo, mais la nuit dernière, tout est devenu trop réel pour moi. Je crois que j'en ai marre de tout ça. J'ai frôlé la mort immédiatement après avoir fait ce thread. La nuit dernière, la statue de Link, j'en ai rêvé. J'ai rêvé qu'elle me suivait dans mon rêve, que je l'ignore jusqu'à ce que je sente mes cheveux se hérisser. je tourne autour de cette chose... cette horrible statue sans vie me regarde intensément avec ses yeux vides, à quelques centimètres de moi. Dans mon rêve, je me souviens l'appeler Ben, et je n'ai jamais eu de rêve dont je me souvienne aussi clairement. Mais l'important c'est que je réussisse à dormir, je suppose.
Aujourd'hui, histoire de m'empêcher de jouer, je suis retourné voir si le vieil homme était revenu. Evidemment, personne et pas de voiture devant la maison. En revenant à ma voiture, l'homme qui vivait dans la maison voisine tondait la pelouse. Il l'arrêta et me demanda si je cherchais quelqu'un. Je lui répondis que je cherchais le vieil homme qui habitait ici, et il me répondit ce que je savais déjà - il avait déménagé. Je demandai si l'homme avait de la famille ou relations à qui je pourrais parler. Je découvris que ce vieil homme n'a jamais été marié, et n'a jamais eu d'enfants ou petits enfants par adoption. Inquiet, je posai une dernière question, une que j'aurais du poser depuis longtemps - Qui était Ben? L'expression de l'homme s'assombrit et j'appris que 4 maisons plus loin, il y a environ 8 ans le 23 avril - l'homme m'informa que c'était le même jour que son anniversaire, d'où son souvenir précis - il y a eu un accident avec un jeune garçon nommé Ben dans le voisinage. Et peu après, ses parents avaient déménagé, et malgré mes tentatives pour avoir plus d'informations, l'homme ne divulgua plus rien d'autre.
Je rentrai au campus et démarra le jeu, Je sursautai à l'écran titre, lorsque le masque s'approchait de l'écran - le son joué n'était pas le "whoosh" habituel, c'était un truc plus aigu. j'appuyai sur start, prêt au pire, mais comme il y a deux nuits, les fichiers "YOURTURN" et "BEN" s'affichaient (J'avais jeté un oeil à la sauvegarde de BEN de temps en temps, parfois la sauvegarde de la statue de hibou était présente, d'autres fois non). Je pris le fichier BEN, hésitant un moment, remarquant que les stats avaient changé par rapport à il y a deux jours, apparemment il avait fini le Temple de pierre cette fois... Rassemblant mon courage, je démarrai.
Immédiatement, je fus lancé dans le chaos complet. J'étais à l’extérieur du Temple de pierre, mais c'est le seul truc dont je m'attendais. La zone avait changé de nom et s'appelait simplement, "St o n e", et un message incompréhensible m'accueillit. Le corps de Link était tordu - son dos tordu violemment sur le côté ce qui déformait sa posture. L'expression de Link était inexistante, voire monotone, une expression que je ne connaissais pas, c'était vide - comme s'il était mort. Alors que Link restait là, son corps fut pris de spasmes irréguliers d'avant en arrière. J'examinai ce qu'il était advenu de mon avatar et remarqua que j'avais un bouton C que je n'avais jamais vu, une sorte de note, mais la presser ne faisait rien. Le son se jouait bizarrement, d'avant en arrière - d'une manière presque démoniaque, et il y avait une sorte de rire ou de couinement haut-perché qui se jouait en fond sonore. Je n'eus que deux minutes d'exploration tranquille quand cette p*tain de statue de Link apparut et immédiatement après, l'écran coupa sur le titre "Aube d'un nouveau jour", mais cette fois sans le "".
J'étais à Bourg-Clocher sous la forme de Link Mojo - cette scène apparait uniquement lorsqu'on retourne dans le passé la 1ère fois. Taya devait dire "Qu-Que s'est-il passé ? C'est comme si tout avait..." mais au lieu de dire "recommencé", elle finit sa remarque avec du texte incompréhensible avec le rire du vendeur de masques en arrière plan. Je repris contrôle de mon perso, mais dans un plan de caméra nul - devant la porte de l'horloge qui bloquait la vue. Comme je ne voyais rien et ne pouvais aller nulle part, J'entrai dans l'horloge. Je fus accueilli par le vendeur de masques qui me dit simplement "Tu as fait face à une terrible destinée, n'est-ce pas ?" avant un fondu au blanc.
Je me retrouvai sur la plaine de Termina en forme humaine. Mais je sens que je ne joue plus le même jeu qu'avant - J'avais été téléporté et il n'y avait pas de compte à rebours. Je pris un moment avant de commencer à explorer et je remarquai que ce n'était pas normal. Il n'y avait pas d'ennemis et une version distordue du thème du vendeur de masques se jouait en arrière plan. J'allais courir vers les marécages quand je remarquai trois choses non loin sur la gauche - L'une d'elles étant Epona. En m'approchant, à ma grande horreur, je vis le vendeur de masques, Skull Kid, et cette p*tain de statue de Link réunis. J'imagine qu'un bug pouvait les mettre là, Mais avec ce que j'ai vu, j'imaginai bien pire. Quoi qu'il en soit, je m'approchai prudemment et remarqua que Skull Kid faisait une animation en boucle, pareil pour Epona, et la statue de Link faisait ce qu'elle fait d'habitude - rester là fixement. Mais ce qui me fit le plus peur fut le vendeur de masques.
Il ne faisait rien non plus, portait son sourire malsain, mais quand je bougeai, sa tête se tournait, me suivant du regard. Je ne lui parlais pas et n'était pas en combat avec lui, mais sa tête suivait mes mouvements. ça me rappela ma première rencontre avec Skull Kid au sommet du clocher, je sortis donc mon Ocarina (ce qui fit le son que le jeu fait quand on est sur un endroit bien stratégique pour l'ocarina) et essayai une chanson que je n'avais jamais tenté - la chanson du vendeur de masques et celle qui se jouait en boucle à l'envers au jour 4 - le Chant de l'apaisement.
Je finis la chanson normalement, un crissement horrible sortit des enceintes de la télé, le ciel commença à clignoter, la chanson distordue du vendeur de masques s'accéléra, intensifiant ma peur, et Link explosa dans des flammes et mourut. Les trois personnes me regardaient sans rien dire ou faire, contemplant mon corps calcinant. Impossible de vous décrire comment la transition entre la confusion et la terreur était soudaine et terrifiante, il n'y a qu'à voir la vidéo pour s'en rendre compte. La même peur qui me maintenait éveillé depuis des jours commença à revenir quand le texte "Tu as fait face à une terrible destinée, n'est-ce pas ?" apparut une 3ème fois. Il y a surement une signification à ce message.
Fondu au noir et je fus accueilli par la scène de transformation en Zora et je me trouvai sur la plage du temple de la grande baie. Hésitant mais curieux de voir ce que le jeu me réservait, Je commençai à me diriger vers la plage, quand je trouvai Epona. Je me demandai pourquoi le jeu l'avais mise ici, le jeu voulait lui donner à boire ? Incapable de retirer le masque, je compris qu'elle n'était pas là pour se faire chevaucher.
Puis je réalisai qu'Epona n'arrêtait pas de hennir et la façon dont elle était placée semblait me montrer une direction à prendre. C'était loin, mais je plongeai dans l'eau et suivit la direction d'Epona. Soudainement - je l'ai presque raté en chemin - je trouvai quelque chose au fond de l'océan ; encore une statue de Link. Je descendis pour l'examiner et soudainement mon Zora commença à faire une animation d'étouffement, ce qui n'avait aucun sens - les Zoras respirent sous l'eau. Malgré ça, mon perso s'étouffa à mort et mourut, et une fois de plus, la statue fut la seule chose de visible à ma mort. Je n'ai pas réapparu cette fois, je revins à l'écran titre, comme si j'avais redémarré.
Je ne trouvai qu'une raison à ça. Les sauvegardes du jeu avaient changé. Prenant mon inspiration, J'appuyai sur Start et j'avais raison. Les fichiers m'en dirent plus sur Ben. Voila pourquoi la statue était apparue quand j'avais tenté de me noyer près de chez Kafei - le jeu avait du anticiper comment je pouvais échapper au Bourg du 4ème jour. les deux sauvegardes m'en dirent plus sur lui. Comme je m'y attendais, Ben était mort. il était mort noyé. Le jeu me le montrait très explicitement - presque par provocation - il voulait me faire jouer encore, que j'aille plus loin, mais j'en avais marre de cette m*rde. Je toucherai plus à ces sauvegardes. C'est déjà trop horrifiant pour moi et je ne crois même pas au paranormal, mais je suis à court d'explications. Pourquoi m'envoie-t-on ce message ? Je ne comprends pas, ça me fait trop déprimer d'y penser, la vidéo est là pour ceux qui veulent voir et l'analyser (il y a peut-êtr eun message codé dans les messages illisibles ou quelque chose de symbolique dans ce que j'ai parcouru - je suis mentalement et émotionellement trop vidé pour m'emm*rder avec ça à présent).
Post 03 : 10 septembre 2010
Je sais qu'il est tôt ce matin, J'ai veillé toute la nuit, je ne peux pas dormir, je me fous que les gens voient ça, c'est pas le sujet, je veux juste faire passer le mot pour ne plus en souffrir. Plus vite je couche ce témoignage, mieux ça sera, Je crois que la vidéo parle d'elle même. J'ai fait ce que vous m'avez conseillé, j'ai joué le Chant du vide dès que le jeu me l'a permis, mais je crois que c'est ce que le jeu ou Ben (p*tain de m*rde, j'arrive pas à croire que je suppose l'idée absurde qu'il existe dans le jeu) voulait que je fasse. Il me suit maintenant, pas seulement dans le jeu, il est dans mes rêves. je le vois tout le temps, derrière mon dos, a me regarder. Je ne suis même pas allé en cours, je suis resté dans ma chambre avec les volets clos - ainsi je sais qu'il ne me regardera pas. Mais il m'a toujours quand je joue, quand je joue, il peut encore me voir. Ce jeu est effrayant maintenant. Il m'a parlé pour la première fois - pas avec du texte déjà présent dans le jeu - il m'a parlé. A moi. ça parlait de Ben. ça m'a parlé. Je ne sais pas ce que ça veut dire. J'ignore ce que ça signifie. Je n'ai jamais voulu ça, je veux juste reprendre le cours de ma vie d'avant.
Ce genre de choses n'arrive pas à des personnes comme moi, je ne suis qu'un gamin, même pas assez vieux pour boire, encore. C'est injuste, je veux rentrer chez moi, je veux revoir mes parents, je suis si loin de chez moi dans cette école, je veux serrer ma mère dans mes bras. Je veux juste oublier cette horrible statue inexpressive. Mon fichier de jeu original est revenu - exactement tel que je l'avais laissé. Je ne veux plus y jouer. Je sens que quelque chose de terrible arrivera si je ne joue pas, mais c'est impossible, c'est un jeu vidéo - hanté ou pas, ça ne peut pas me faire de mal, non ? Sérieusement ? C'est ce que je continue à me dire, mais à chaque fois que j'y pense, je doute.
Post 04 : 12 septembre 2010
Laissez-moi mettre les choses au clair - je sais que vous vous inquiétez mais "jadusable" va bien. il a fini de déménager et il a dit qu'il rentrait chez lui, il ne part que pour ce semestre. je ne suis pas sur de ce qui s'est passé, j'ai la vague idée que vous en savez plus que moi déjà. Je suis le voisin de chambre de "jadusable" et j'ai clairement vu que quelque chose n'allait pas depuis quelques temps. Il restait tout le temps dans sa chambre, a perdu contact avec ses amis, et il n'a surement pas du manger depuis des jours, après le second jour, je ne pouvais plus rester là non plus, alors je suis allé m'installer dans une autre chambre avec un pote, ne revenant dans ma chambre que pour chercher des affaires. J'ai essayé de lui parler plusieurs fois mais il ne dit rien ou juste des réponses brèves et évasives, il semble convaincu que quelque chose le hante. Hier je suis allé cherché mon bouquin de philo et il s'est approché, l'air dévasté, des énormes cernes aux yeux. Il m'a donné une clé USB avec des instructions spécifiques. Il m'a dit qu'il avait une dernière faveur à me demander - il m'a finalement expliqué ce qui se passe, m'a donné les infos de son compte Youtube, et m'a dit qu'il fuyait, car il le harcelait de rejouer au lieu de changer les choses et qu'il n'aurait pas dû faire ça, et d'uploader les vidéos et d'informer les gens sur ce qui s'est passé. Je lui ai dit qu'il pouvait le faire lui-même et il a eu ce regard sauvage dans les yeux et m'a dit qu'il ne regarderait plus jamais ce jeu, et c'est la dernière chose qu'il m'ait dite, il n'a même pas dit au revoir quand ses parents sont venus le chercher. je n'ai même pas vu ses parents.
Je ne peux pas vous dire honnêtement ce qui s'est passé, quand il parle c'est dur de le comprendre et son apparence m'a vraiment fait peur. Sur la clé USB, il y a une vidéo de la partie qu'il a joué hier soir, un fichier texte avec son nom d'utilisateur et mot de passe Youtube, et un autre fichier texte nommé TheTruth.txt contenant ce qu'il a appelé "ses notes" qu'il a prises. Il m'a dit que ça signifiait tout pour lui que je suive ses instructions, normalement je ne suis pas fana de chaines de lettres même à partir d'un jeu vidéo, mais la façon dont il m'en a parlé m'a montré que c'était vraiment sérieux, et j'honorerai ses volontés. J'ai cette vidéo depuis hier, mais j'ai eu besoin d'aide sur Pinnacle, c'est pas vraiment facile pour moi. C'est après avoir vu ses vidéos sur son compte Youtube que j'ai réalisé ce qui se passait et ça m'a rendus vraiment confus. La vidéo que je poste ce soir, TheTruth.txt arrivera le 15 septembre comme il l'a demandé. Je n'ai pas encore osé regarder, alors ce sera la première fois pour tout le monde que le fichier sera lu, en respect pour mon ami. En réponse à vos questions, non, je n'ai pas essayé de l'appeler, je l'appellerai demain pour voir s'il va bien. Il devrait être chez lui à présent.
Pour la vidéo : dans cette vidéo, j'ai coupé directement quand le fichier "BEN" est lancé, maintenant que je le remarque j'ai réalisé que Jadusable avait laissé l'écran des sauvegardes parce que les noms avaient tendance à changer, c'est ma faute, mais tout ce que ça dit est la même chose qu'à la fin de la vidéo (Link et BEN), rien de différent. Je n'étais pas là quand il y a joué, mais ça ressemble au début du jeu quand il apparaît pour la première fois il teste son équipement ou qu'il regarde ce qu'il a et tout, parce que ça avait tendance à changer tout seul. Puis, après ça, je pense qu'il prend ce jeu trop personnellement."
avatar
Asahanakuro
Admin
Admin

Messages : 99
Date d'inscription : 16/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://receptoriummagia.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par Aleksanne le Mar 25 Fév - 4:26

Oh my god. Le creepy pasta de jeff je vais pas dormir cette nuit ;_;!!
Et le truc da majoras mask jai vue les videos du site original (en anglais) et c'est vraiment flippant o.o
avatar
Aleksanne
Membre passionné
Membre passionné

Messages : 83
Date d'inscription : 22/02/2014
Age : 23
Localisation : Dans l'univers!
Humeur : Bref.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par Dieze le Ven 28 Fév - 7:22

Le mannequin avec des dents.

En juin 1972 , une femme apparaît à l'hôpital Cedar Senai, seulement vêtue d'une robe de chambre blanche couverte de sang. En soi, ce n'était pas vraiment surprenant car les gens avaient quelquefois des accidents dans les environs et arrivaient dans l'hôpital le plus proche pour des soins. Mais il y avait deux choses qui ont fait que les gens qui l'ont vu ont vomi et fui de terreur...

La première était qu'elle n'était pas exactement humaine. Elle ressemblait beaucoup à quelque chose comme un mannequin, mais elle avait la dexterité et la fluidité d'un humain normal. Sa figure était aussi parfaite que celle d'un mannequin, dépourvue de sourcils et sans trace de maquillage. C'était l'autre raison pour laquelle les gens vomissaient ou fuyaient de terreur.

On aurait dit qu'elle avait un chaton coincé entre ses dents, sa mâchoire était serrée tellement anormalement qu'on ne pouvait plus voir ses dents. Le sang sortait par jets sur sa robe de chambre et sur le sol. Elle l'a alors tirée puis lancée doucement sur le côté avant de s'effondrer.


À partir du moment où elle a posé un pied dans l'entrée jusqu'à ce qu'elle soit prise dans une salle de soin et nettoyée avant d'être endormie, elle était totalement calme, sans expression et immobile. Les docteurs ont pensé meilleur de la maîtriser jusqu'à ce que les autorités arrivent, et elle n'a pas protesté. Ils ont été incapables d'avoir une quelconque réponse de sa part et la plupart du personnel se sentait trop mal pour la regarder en face plus de quelques secondes.

Mais à la seconde où le personnel a essayé de l'endormir, elle s'est battue avec une force extrême. Deux membres du personnel l'ont tenue fermement alors que son corps se soulevait du lit avec cette même expression vide.

Elle tourna ses yeux vides d'émotion vers le docteur et fit quelque chose d'inhabituel. Elle sourit.
Dès qu'elle le fit, l'infirmière hurla et sortit à cause du choc. Dans la bouche de la femme, ce n'étaient pas des dents humaines, mais de longs pics aiguisés. Trop longs pour que sa bouche se ferme pleinement sans causer aucun dommage...

Le docteur la fixa pendant un moment avant de demander: "Bon dieu, qu'est-ce que tu es?"
Elle craqua son cou jusqu'à son épaule pour l'observer, toujours souriante.
Il y eut un long silence. La sécurité avait été avertie et son arrivée pouvait s'entendre dans l'allée.
Dès qu'elle les entendit, elle se précipita sur lui, enfonçant ses dents dans sa gorge , déchirant sa jugulaire et le laissant tomber sur le sol, le souffle court alors qu'il s'étouffait dans son propre sang.

Elle se leva, et s'appuya au-dessus de lui. Sa figure s'approchait dangereusement de lui, comme la vie qui défilait devant ses yeux.

Elle se rapprocha et murmura au creux de son oreille.

"Je... suis... Dieu..."

Les yeux du docteur se remplirent de terreur alors qu'il la voyait marcher calmement pour accueillir les gars de la sécurité. Sa dernière vision fut de la voir festoyer d'eux, un par un.

L'infirmière qui a survécu la nomma "La Sans-Expression" (ou "Le mannequin avec des dents.")

On ne l'a jamais revu.
avatar
Dieze
Nouveau membre
Nouveau membre

Messages : 11
Date d'inscription : 27/02/2014
Age : 16
Localisation : Rostok.
Emploi/loisirs : wtf
Humeur : Arrobase.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par Aleksanne le Ven 28 Fév - 13:26

Si tu na jamais vue d'image de celle-ci et bah va voir elle es vraiment creepante (j'avais lu l'histoire avec une image au début et à la fin lol)
avatar
Aleksanne
Membre passionné
Membre passionné

Messages : 83
Date d'inscription : 22/02/2014
Age : 23
Localisation : Dans l'univers!
Humeur : Bref.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par Dieze le Ven 28 Fév - 16:35

Ouais j'avais déjà vue l'image et j'ai aussi trouver un court métrage sur ça.
avatar
Dieze
Nouveau membre
Nouveau membre

Messages : 11
Date d'inscription : 27/02/2014
Age : 16
Localisation : Rostok.
Emploi/loisirs : wtf
Humeur : Arrobase.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par Asanero le Ven 28 Fév - 18:10

Vous pouvez mettre des images "gores" si vous le souhaitez, mais mettez-les sous spoiler avec un avertissement quand même, ce n'est pas interdit.
avatar
Asanero
Admin
Admin

Messages : 219
Date d'inscription : 16/02/2014
Age : 25
Emploi/loisirs : Enkisme
Humeur : :3

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par Dieze le Ven 28 Fév - 18:34

The Pocket
Il y avait des rumeurs qui circulaient à propos d'un vieux silo abandonné perdu dans la forêt. Le bois était situé au milieu d'un champ de terre juste à côté de la voie ferrée. C'était un spectacle étrange. Il était là, immobile parmi les arbres, avec ses fuites de rouille de tous les côtés. Quoi qu'il en soit, il avait la réputation d'être hanté par l'esprit d'un vieux fermier qui s'était pendu dans ce silo et qui tuerait quiconque y pénètre.
J'ai toujours dit que cette rumeur était un ramassis de conneries, surtout quand ceux qui la propagent racontent l'histoire de quelques gosses trop curieux qui sont allés dans le silo, et n'en sont jamais ressortis. D'autres disent que le silo est juste un bon endroit pour être tranquille.
Moi et ma bande d'amis geeks avons donc décidé de vérifier ça par nous même en y allant. Afin de renforcer le sentiment d'angoisse, nous y sommes allés un jour sombre et nuageux. Mes amis Pete, Meg, Wes et moi nous sommes donnés rendez-vous chez moi puisque j'habitais à côté du chemin de fer.
Nous avons marché le long de la voie ferrée, parlant et riant. Nous passions un bon moment... Jusqu'au moment où nous l'avons vu... Le silo. Il était là, bien sûr, dans la hauteur des arbres. À mesure que nous nous en approchions, notre bonne humeur s'estompait. Plus nous avancions, plus il faisait froid, comme s'il y avait une sorte d'aura sombre autour du le silo...
Wes laissa même échapper un petit cri. Nous avons arpenté le pourtour du silo à la recherche d'une entrée quelconque. Nous avons fini par trouver une échelle menant à l'intérieur. Les barreaux de l'échelle permettaient également d'atteindre des trappes sur le côté de la structure... Toutes étaient verrouillées, sauf une...
Bien qu'il soit du genre peureux, Pete monta en premier et ouvrit la trappe. En quelques minutes nous étions à l'intérieur du silo, debout sur le foin laissé là-dedans. Au centre, il y avait un grand trou, qui s'enfonçait profondément dans le foin. Il faisait sombre mais on pouvait entendre un flux constant d'air provenir du fond.
Curieusement, il y avait une corde qui descendait dans le trou. Comme j'étais le seul suffisamment intelligent pour m'être réellement préparé pour cette excursion, j'ai sorti ma lampe de poche. En la tenant dans ma bouche, j'ai commencé à descendre. Je me suis laissé glisser vers le bas, balayant la zone du faisceau de ma lampe. Tout semblait sûr. J'observais le foin éparpillé, la saleté, et aussi une autre trappe... Particulière. Je fis signe aux autres de descendre.
Au moment où ils descendaient... Mon œil remarqua que quelque chose de rouge recouvrait la corde. J'ai caché ma panique et ai montré aux autres la trappe que j'avais trouvée. Pete l'ouvrit, révélant un trou noir... L'intérieur empestait... Les autres aussi l'avaient senti, bien sûr. Wes a même gémi comme un chien. Meg finit par prendre son courage à deux mains, attrapa ma lampe de poche et avança la première a l'intérieur du trou.
Nous l'avons suivi et avons traversé ce tunnel sombre pendant environ 10-15 minutes jusqu'à ce que Meg nous prévienne que nous étions arrivés à une autre trappe. Elle l'ouvrit. Une lumière brillante inonda alors le tunnel et c'est là que nous l'avons entendu... Un cri perçant suivi du son de quelque chose qui fonçait tout en haletant. Dans une tentative désespérée pour éviter la créature qui avait fait ce cri horrible, nous avons couru. Une fois sortis du tunnel, nous avons claqué la trappe, et tenté de la verrouiller.

Le bruit avait cessé. Nous avons tous poussé un soupir de soulagement avant d'observer la pièce. Nous étions dans une salle en béton qui semblait être une ancienne fosse septique, mais avec une ouverture au sommet, et par cette ouverture, nous pouvions voir la forêt. Nous avons commencé à escalader, et puis c'est arrivé. Encore une fois n-nous avons encore entendu ce foutu bruit ! Wes n'était même pas encore sorti du trou... Pauvre, pauvre Wes. Cette créature a passé sa main griffue à travers la trappe et a saisi la jambe de Wes, avant de l'attirer dans le tunnel. Nous avons entendu ses cris terrifiés et puis soudain... Le silence.

Nous avons entendu le craquement des os et le bruit de chair arrachée. Nous étions pétrifiés, en état de choc, nous écoutions notre ami se faire tuer... Meg a fini par vomir à cause du bruit. Après cela, nous avons tenté de retrouver notre chemin pour sortir de la forêt. Nous avons cherché un moyen de sortir pendant au moins une heure, mais nous avons fini par conclure que la forêt autours du silo était clôturée par des fils barbelés.
Nous avons paniqué, n'ayant aucune idée de ce que nous devions faire. La nuit tombait rapidement. Puis, nous avons réalisé que cette chose se trouvait parmi les ombres. Dans une panique désespérée, Meg a grimpé dans un arbre, espérant que la chose ne pourrait pas l'atteindre. Pete a trouvé un petit trou dans le sol et s'est caché à l'intérieur. Mauvaise idée. Encore une fois, nous avons entendu le cri et j'ai regardé cette chose sortir de son antre. Dans la panique j'ai moi aussi grimpé à un arbre et j'ai observé Pete recroquevillé dans son trou.
J'ai également, à mon grand regret, jeté un regard sur la créature. C'était la chose la plus grotesque que j'avais jamais vue. Son visage était recouvert d'un masque d'un blanc pâle contre sa peau foncée. Il semblait avoir seulement deux trous noirs pour les yeux et un grand sourire fendu en travers de la face. Je n'ai réalisé qu'après quelques minutes qu'il s'agissait d'un masque. Un masque fait avec la peau du visage de Wes. J'étais terrorisé tandis que la chose rampait vers Pete.
J'étais assis sur une branche tandis que je regardais Pete tenter de s'enfuir, mais c'était inutile puisque la chose l'a rattrapé instantanément. Elle a enfoncé ses deux mains dans la poitrine de Pete et l'a fendue avec facilité... Les tripes à l'air, la créature les a alors enroulées autour de la tête de Pete et a mutilé son cadavre, elle l'a traîné vers sa tanière avant de refermer la trappe derrière elle.

La créature est ensuite ressortie. Le masque fait avec la peau de Wes avait été remplacé par un autre, façonné dans le visage de Pete, pourvu des mêmes yeux creux et de ce foutu sourire. Ensuite, la chose a parlé d'une voix à la fois rauque et douce: «Je suis the Pocket». Il est ensuite retourné dans son silo. De mon arbre, j'ai entendu Meg pleurer. Je fis signe qu'elle pouvait redescendre, tandis que je descendais moi-même de l'arbre. Et je lui ai dit que nous sortirions vivant de cet enfer.

Hésitante, elle descendit de son arbre pendant que j'allais a la clôture de barbelés. J'ai saisi le fil tranchant et l'ai écarté assez largement pour que Meg puisse passer à travers. Mes mains saignaient mais j'ignorais la douleur pendant que Meg passait à travers l'ouverture. Encore une fois, The Pocket hurla. Dans la hâte, j'ai paniqué et rampé à travers l'ouverture, me coupant au passage. Couvert de coupures et ignorant la douleur, j'ai sprinté avec Meg à travers la forêt jusqu'à retrouver la civilisation.

Dix années se sont écoulées depuis, Meg et moi étions heureux, nous vivions ensembles. Je parle au passé pour une raison... La même raison pour laquelle je vous conte cette histoire aujourd'hui... Meg est morte. Elle est morte d'une mort horrible, tellement horrible... Les policiers ont été appelés sur les lieux après qu'elle soit partie faire une promenade dans les bois. On a retrouvé son corps... Mutilé... Elle était décapitée, gisant à la lisière de la forêt. J'ai dit le mot "lisière", ce qui signifie qu'elle était loin de la clôture de fils barbelés.

T-t-tout Cela ne signifie qu'une chose... The pocket s'est libéré de sa prison! Il est libre, et il vient droit sur moi! Je sais que c'est cette chose! C'est affreux! En ce moment... Je... Je regarde notre photo de mariage en essayant de me calmer avec nos souvenirs heureux.

Ç-ça ne m'aide pas... P-parce que dans le reflet de la vitre, j'ai vu un visage venir lentement vers moi, le visage de Meg, mais il n'avait pas d'yeux et ce sourire terrifiant... The Pocket, i-il est ici, il est venu me prendre ! Je sens ses mains percer ma poitrine... Je viens de... J'ai compris son motif... Il tue pour la liberté... Pour libérer les gens de l'enfer qu'est ce monde... Et j'ai gagné le privilège d'être libéré. Je suis serein, je souris.


avatar
Dieze
Nouveau membre
Nouveau membre

Messages : 11
Date d'inscription : 27/02/2014
Age : 16
Localisation : Rostok.
Emploi/loisirs : wtf
Humeur : Arrobase.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par Asahanakuro le Sam 22 Mar - 15:02

Intéressantes vos creepy' =)
avatar
Asahanakuro
Admin
Admin

Messages : 99
Date d'inscription : 16/02/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://receptoriummagia.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par Sergei Mirallas le Lun 24 Mar - 20:48

J'aime les creepypastas, à part celle de Jeff The Killer (quel joli jeux de mots) et de Zelda, je ne les connaissais pas (;

Sergei Mirallas
Nouveau membre
Nouveau membre

Messages : 19
Date d'inscription : 16/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par jordan62 le Lun 24 Mar - 22:54

ouff j'ai fini toute les lecture 1h30 cétait super

jordan62
Nouveau membre
Nouveau membre

Messages : 16
Date d'inscription : 22/03/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recueil de Creepypasta

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum