Ne m’appelez plus jamais France.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ne m’appelez plus jamais France.

Message par Rêveuse le Mar 16 Déc - 16:22

Bonjour, bonsoir.

Je vous propose une petite lecture.
lamanifpourtous.fr/images/pdf/Tmoignages-soeurs-gav.pdf

Et puis une autre.

En 2013, les arrestations et les violences exercées contre des jeunes gens pacifiques, même si celles-ci contreviennent à l’article 432 du code de procédure pénale, révèlent combien ce régime dit légal assume un déni du droit sans état d’âme. Des policiers basculent — sur ordre — dans l’illégalité la plus caractéristique et l’avouent face à leurs victimes, soit pour s’en plaindre soit pour provoquer, en démontrant que rien ne peut arrêter le cynisme de la violence légale, et leur jouissance à y prendre part.

L’honneur de la police

Même si pour l’honneur du syndicat de policiers Alliance, la dénonciation de l’usage abusif et illégal des CRS a été dénoncé, les jeunes générations découvrent qu’un policier des années de l’Occupation est le même que celui qui assume aujourd’hui sans état d’âme l’ordre d’arrêter et de tabasser des jeunes filles inoffensives. Leur seul tort était de se tenir debout en silence, souvent seule, devant un lieu public.

Tous les régimes totalitaires comme au Vietnam ou à Cuba aujourd’hui, s’abritent derrière le droit. C’est le droit qui a défini l’unicité du parti, c’est la loi qui a soigneusement fixé le cadre des libertés. Lors des fêtes du bicentenaire de la Révolution française, des historiens avaient exhumé les décrets de la Convention ordonnant aux Colonnes infernales d’exécuter et de massacrer « la race exécrée des brigands de Vendée » qui osaient défier la République, et de préciser « femmes, enfants et “bébés au sein” ». Les troupes de Turreau ou de Hoche n’ont pas agi alors sous l’empire de la violence des combats mais pour obéir consciencieusement à des ordres fondés sur des lois et des décrets.

Je le dis hautement et sans retirer quoi que ce soit : le jour où l’État donnera l’ordre de tirer sur la foule, les troupes tireront sur la foule. Hier, de braves policiers donnaient gentiment la main à des enfants juifs pour les emmener au Vel d’hiv... À leur décharge, l’absence de moyens de communication leur interdisait d’évaluer les conséquences de leur geste.

Aujourd’hui, l’article 432-4 du code de procédure pénale assorti d’une peine de sept ans de prison ferme et 100.000 € d’amende ne fait pas hésiter un CRS ou un gendarme[1]. Les moyens de pression sont considérables : l’un d’entre eux m’a avoué que sa mutation tant attendue pour quitter Paris était en jeu. La perspective d’une promotion couvre les remords autant que la promesse de son commissaire à « le couvrir ».

Au sein de leur compagnie, les CRS troublés ou exaspérés par des ordres absurdes ou scandaleux, pensent souvent être seuls ou minoritaires à partager leur conviction, aussi étouffent-ils leur conscience. Ainsi fonctionne le système. Il suffirait que trois ou quatre d’entre eux osent pour que l’ensemble de leurs camarades se rallient et démontrent ainsi la grande fragilité du pouvoir. Mais le pouvoir le sait, et c’est pourquoi il tient le fouet haut, avec une extrême vigilance et une violence accrue.

Les dictatures sont toujours vulnérables

Les dictateurs sont tellement convaincus de leur légalité qu’ils ont totalement confiance dans l’usage de la force pour le bien du peuple ! Pour le régime socialiste, cette confiance est confortée par la totalité des pouvoirs qui structurent la société : Sénat, Chambre des députés, régions et départements. Et les chambres instituées en principe pour prendre de la distance font du zèle pour plaire au pouvoir… On pense au très inutile et très dispendieux Conseil économique, social et environnemental.

Une presse autonome et critique aurait pu jouer son rôle d’équilibre, mais les grands médias sont culturellement investis par une pensée unilatérale, convaincue elle aussi de la primauté de son autorité quasi religieuse. Les journalistes qui pensent sont bannis, quand ils ne sont pas condamnés (Zemmour). Les stars du clergé médiatique, elles, vivent avec les ministres (sans parler du Président et sa maîtresse).

L’autorité qui, hier, s’opposait vigoureusement au droit au nom de ses propres principes idéologiques (la liberté, l’égalité) y recourt aujourd’hui de façon pathétique comme un noyé crispé sur sa planche. Le droit reçu était tyrannique. Le droit possédé est tout puissant. Il se transcende lui-même, devient carrément mystique : et l’autorité qui l’incarne en devient la grande prêtresse. Le ministre Peillon n’appelle-t-il pas de ses vœux une école qui façonne ainsi le citoyen ? « C’est bien une nouvelle naissance, une transsubstantiation qui opère dans l’école et par l’école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle liturgie, ses nouvelles tables de la loi[2]. »

Qui donc critique la Loi se voit opposé « pour le bien du peuple » à la violence légitime de l’État. Quiconque pense différemment du balisage officiel de la pensée est interdit d’expression d’abord (le « pacte républicain[3] ») voire est poursuivi pénalement (affaire Vanneste, affaire Nicolas Buss). Ensuite ce n’est qu’une question d’habillage, les « brigands » de Vendée sont aujourd’hui des fascistes ou des factieux.

Les arrestations totalement arbitraires, illégales, de plus en plus violentes, les rafles d’étudiants et les gazages d’enfants révèlent une crispation pathétique ou le fantasme le dispute à l’idéologie. De glissement en glissement, le régime dérive dans la logique totalitaire. Il oscille entre la terreur (perdre la face), la fureur (être contesté par le peuple), et l’obstination (avoir raison comme Créon). Il s’enferme dans la certitude autoproclamée d’agir pour le bien du peuple malgré lui. Résultat, la crainte de s’engager dans un chemin de retraite qui se terminerait en débâcle le tétanise… Il ne lui reste plus que la violence pour exister, et la diabolisation de l’opposant.

Car si quelques idéologues furieux comme Vincent Peillon ou Christine Taubira exercent une pression considérable sur la dynamique socialiste, ceux-ci restent un moteur second par rapport à cette conviction intime et partagée par la classe politique quasi unanime que le pouvoir a tous les droits parce que le légal fonde l’autorité.

Une résistance inattendue

La sagesse voudrait des gestes d’intelligence et d’apaisement : décriminaliser la liberté d’expres​sion(innocenter Nicolas Buss), proposer aux maires une table de concertation sur l’objection de conscience, ouvrir une négociation sur la sanctuarisation du mariage et de la filiation. Mais nous avons à faire à un front bas, butté sur ses prérogatives, possédant le droit, les chambres, les régions, les médias, mais autiste sur la réalité mouvante d’un peuple. Les élections partielles ont envoyé des signaux de contestation très claire : sept élections perdues sur sept à moins d’un an de la prise de l’Élysée par François Hollande, le FN à 48 % des voix en pleine terre socialiste !

Le propre des potentats « légaux illégitimes », c’est leur façon de se déplacer, escortés d’une impressionnante cohorte de policiers, persuadés qu’ils sont dans leur fantasmes que des enfants fanatisés vont les frapper avec leurs doudous et que de frêles jeunes filles en tee-shirt rose vont les interpeller devant les caméras. Combien de rendez-vous ont-ils été annulés au dernier moment parce qu’on a signalé au ministre la menace d’un adolescent perché sur un lampadaire, brandissant, narquois, un drapeau bleu ? Cette frousse trahit l’état de dépression pathologique de ces idéologues de laboratoire.

Voyant s’effilocher les fondements de sa légitimité, dépassé par la dure loi de la réalité, en particulier économique, le pouvoir socialiste va dramatiser la situation. Il appellera à la rescousse le « pacte républicain » contre la guerre à l’extérieur et le complot intérieur : « Qu’un sang impur abreuve nos sillons. »

Ce qui n’était pas prévisible, c’est cette résistance inattendue. Une contestation éthique, très profonde comme un tsunami spirituel (et non religieux) venu du cœur de ces enfants orphelins de divorcés qui ont dit NON à une société de mort et de jouissance désespérée.

Ce n’est pas un hasard si leur hymne, qui supplantera la sanglante Marseillaise, est celui de l’Espérance. C’est un immense programme, fondamentalement politique.

Source : libertepolitique.com/Actualite/Decryptage/Chronique-de-la-dictature-l-Esperance-remplacera-la-Marseillaise
avatar
Rêveuse
Nouveau membre
Nouveau membre

Messages : 4
Date d'inscription : 16/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum